Sean Grossnickle
Sean Grossnickle
Senegal 2017
Bonjour! Êtes-vous prêt? Join the excitement as this International Business major travels to Saint Louis, Senegal to empower people through Microfinance and to deepen his understanding of French and African culture.
Bonjour monde! Sean est ici/Hello world! Sean is here

Pouvez-vous parler français/Can you speak French?

Je vais vous expliquer ce qui est probablement la chose la plus difficile que j’ai fait dans ma vie : j’ai appris une autre langue. C’est quelque chose qui n’est pas venu facilement. J’étudie le français depuis 7 ans. Je n’ai pas eu un bon commencement. J’ai commencé à l’apprendre où j’avais 14 ans. La plupart de gens en Europe commencent ces études à partir de 5 ans. Au lycée, j’ai fait 4 ans des cours de français, mais à cause des mauvais professeurs, j’ai dit à tout le monde que c’est comme si je n’avais fait que 2 ans au lycée (parce qu’il y a beaucoup de personne qui quittent le lycée au plus haut niveau que quand je l’ai quitté). De plus, il était difficile d’apprendre la grammaire d’autre langue parce que je n’ai pas bien appris la grammaire anglaise. Chez moi, il n’y avait pas des cours de grammaire. Mais maintenant, grâce à mes études de français, je connais bien la grammaire des deux langues.

Après lycée, j’ai continué à apprendre le français à l’université. J’ai de la chance parce que tous mes professeurs là-bas peuvent bien expliquer et enseigner la langue et la plupart de choses ont commencé à avoir du sens. Il y a un an j’ai fait un programme d’immersion au Québec à Chicoutimi. J’ai appris beaucoup et c’était une bonne chance de pratiquer la langue, même si en faisant j’ai mal à la tête (parce que mon cerveau travaillait durement). Je soutiens les programmes d’immersion comme ça mais il faut avoir les cours de grammaire avant d’arriver, parce que les gens qui n’ont aucune appris le français d’après moi ont fait moins de progrès.

Maintenant je suis en train d’être bilingue, mais ça va prendre longtemps. Ici je peux presque ne que parler français si je veux. Et bien sûr j’ai essayé de le faire. Finalement je vois pourquoi presque tous les professeurs veulent que les étudiants apprennent une autre langue. On commence de poser des questions sur leur langue et mode de vie. Les deux langues marchent différemment mais elles communiquent les mêmes choses. Dans ma classe Mastworks, j’ai lu un article qui m’a dit qu’une langue peut changer la façon dont je vois le monde. En français, c’est j’ai froid. En anglais, c’est je suis froid. Est-ce que le froid est une existence ou seulement quelque chose à avoir ? Il n’y a ni un mot pour « home » en français ni un mot diffèrent pour « wife ». En anglais, on dit « je viens », en français, on dit « j’arrive ». Est-ce qu’il est plus important d’entendre tout d’abord l’adjectif, le nom ou les pronoms ? En français, on utilise le même mot pour beaucoup de choses et on doit savoir le contexte. En anglais, nous avons un autre mot pour chaque instance. Ne me mentionnez pas les langues tonales.

Et bien sûr il y a les lexiques diffèrent pour chaque pays francophone. En France, le linge est « laundry » mais en Suisse il est une serviette de bain (qui veut dire « bath/beach towel »). Au Québec, portable signifie un ordinateur portable, pas un téléphone portable comme au Sénégal et c’est seulement téléphone en Suisse. Au Québec on dit courriel mais presque partout on dit mail. Et de plus je dois apprendre tout le vocabulaire normal. Les idiomes sont la pire parce que la plupart ne traduisent pas bien. Au début, il faut apprendre comment parler sans idiomes. Ma professeure toujours m’a dit « je peux comprendre ce que tu as écrit, mais ça ce n’est pas comme un français le dirait. » Finalement je comprends pourquoi elle me l’a dit.

J’encourage tout le monde à connaitre bien une autre langue. Pour moi, apprendre une langue est une joie et un défi. Je peux bien parler avec les gens qui ne parlent que le français, comme aujourd’hui où j’ai discuté avec une femme sur son plan de business et les commerçants dans la rue. Il y a aussi les gens qui sont bilingue ou trilingue ici (wolof, français, anglais) qui préfèrent parler français et je peux le faire avec eux. Alicia veut parler 4 langues parfaitement, ça c’est trop pour moi. Si un jour je peux bien parler les deux, je serai content.

Il faut me dire si vous voulez voir quelque chose sur les photos. Posez les questions et le commentaire aussi !

 

I am going to try and explain to you what is probably the hardest thing I have done in my life: I learned another language. It is something that did not come easily. I have studied French for 7 years. I did not have a good start. I started when I was 14 years old, the majority of people in Europe start their studies at 5 years old. In high school, I took French courses for 4 years, but because of some bad teachers, I tell everyone it is as if I only took 2 years of courses (because there are some people who leave high school at a much higher level than I left it). In addition, it was hard to learn the grammar of another language when I did not learn English grammar well. Back home, there are no courses of grammar. But now, thanks to my French Studies, I know the grammar of the two languages.

After high school, I continued my French studies at my university. I was lucky because all of my professors can explain and teach the language well, and a lot of things about it started to make sense to me. One year ago, I did an immersion program in Chicoutimi, Quebec. I learned a lot and it was a good chance to practice speaking, even if it caused my head to hurt (because my brain had to work quite hard). I fully endorse immersion programs but you need to have some background in the language. I feel as if the people who started from scratch did not gain nearly as much as I did.

Now I am trying to be bilingual. It is something that will take a while. Here I can almost entirely speak French if I would like. And, of course, I try to do it. I finally understand why every liberal arts professor wants the students to learn a different language. You started to ask questions about your own language and way of life. The two languages work differently but communicate the same things. In my class Masterworks, I read an article about how a language can change the way I see the world. In French, one says I have cold. In English, it is I am cold. Is cold a state-of-being or something to have? There is no word for home in French nor a different word for wife. In English, one says I am coming, in French, I am arriving. Is it more important to first hear the noun, the adjectives or the pronouns? In French, they reuse the same word for many things and you have to know the context to understand the situation. English just has a new word for each situation. Don’t even get me started on tonal languages.

And of course there are different lexicons for each francophone country. In France, le linge is the laundry but in Switzerland it is a bath towel (which is serviette de bain in France). In Quebec, portable means laptop, not cellphone as in Senegal and one says telephone in Switzerland. In Quebec people say courriel but everywhere else it’s only mail. And that’s on top of learning all the shared vocabulary. Idioms are the worst because most do not translate well. When I started, I had to learn to speak without idioms. My French professor always told me “I understand what you wrote, but that’s not how a French person would say it”. I finally understand what she meant.

I encourage everyone to know another language well. For me, learning the language is a joy and a challenge. I can talk with people who only speak French like today when I helped a lady write her business plan or with the merchants on the street. There are also bilingual and trilingual people here (Wolof, French and English) who prefer to speak French and I can do it with them. Alicia wants to speak 4 languages perfectly. That’s way too much for me. If one day I can speak the 2 well, I will be happy.

Tell me if you would like to see anything specific in the pictures! Also ask questions and post comments if you want!

Diary Seye Elle veut vendre les assiettes, les draps, les chassures et l'encens/She wants to sell plates, drapes, shoes and incense

Diary Seye
Elle veut vendre les assiettes, les draps, les chassures et l’encens/She wants to sell plates, drapes, shoes and incense

Chez La Kora pour le dernier repas d'Emily/At La Kora for Emily's last meal

Chez La Kora pour le dernier repas d’Emily/At La Kora for Emily’s last meal

Le Fleuve/The River

Le Fleuve/The River

20170621_105653

38 jours après l’expédition, la lettre de ma mère est arrivée/38 days after its sending, my mom's letter arrived

38 jours après l’expédition, la lettre de ma mère est arrivée/38 days after its sending, my mom’s letter arrived

Ici, on ne peut pas survivre sans pain, poisson et oignon/One cannot survive here without bread, fish and onion

Ici, on ne peut pas survivre sans pain, poisson et oignon/One cannot survive here without bread, fish and onion

Un beau paysage/A beautiful landscape

Un beau paysage/A beautiful landscape

Bonjour monde! Sean est ici/Hello world! Sean is here

Bonjour monde! Sean est ici/Hello world! Sean is here

Le Journal quotidien/The Daily Journal #7

Jour 38 – Jonas, Cheikh et moi sommes allés voir Moctar. Moctar a crié sur moi parce que je ne lui ai pas dit bonjour. J’étais en train de faire ça mais apparemment je ne l’ai pas fait assez rapide. Nous avons discuté sur le financement de l’Union européenne. Cheikh et moi avons visité un autre groupe de femmes qui vont commencer notre programme en juillet, inch’Allah. Nous avons mangé à Nice Burger, et j’étais encore déçu. Je pense que mon estomac a maigri aussi parce que maintenant je suis plein… 4 heures plus tard. Ce n’était pas une bonne nuit.

Jour 39 – J’ai enseigner le cours pour les talibés. Nous avons donné les certificats aux bénéficiaires qui ont déjà fini leurs prêts. Nous avons essayé d’acheter un billet à Dakar pour Cheikh. Ils ont commencé à vendre les billets à 12h, nous sommes arrivés à 12h 11mn, et tout était vendu. Cheikh pensait qu’ils ont menti, parce qu’il est arrivé une autre fois à 13h et le billet était disponible. De plus il y a 94 sièges entre 2 autobus. Il est presque impossible de vendre ce montant ici dans 11mn. Emily a commencé ses valises. Nous avons mangé à La Kora.

Jour 40 – Emily est parti environ à 13h. Il est triste, maintenant, pour la première fois depuis je suis arrivé, je suis tout seul à la maison. Nous sommes allés à Keur Dada et parce qu’il n’y a pas des projets prévus, tout le monde est presque arrivé un à la fois. J’ai par hasard dit « mouchey » qui est un mot diffèrent en Allemand. Nora et Salome m’ont taquiné à cause de ça. Nous avons marché sur le retour et avons pris beaucoup de photos de Saint Louis pour les gens qui vont partir cette semaine. J’ai acheté plusieurs souvenirs avec tout le monde. J’ai appelé ma famille qui était chez mes grands-parents.  Yacine m’a dit que c’était 4 500 CFA pour le linge, 2 000 CFA plus que d’habitude. Je pensais que c’était à cause de mon pantalon, mais madame Faye était fâchée et j’ai dû payer seulement 2 500 CFA. Nous sommes allés à la Source à minuit et avons joué Ring of Fire.

Jour 41 – A cause de la soirée, je me suis réveillé à 12h. Pourquoi est-ce qu’il est très difficile de trouver la nourriture ici ? Si je ne peux pas manger chez moi (comme maintenant à cause de l’association des femmes), je dois manger des biscuits parce que ces sont la seule chose que je peux acheter à la boutique. Il y a quelque resto au Centreville mais ils sont chers. Il y a aussi des gens qui cuisinent dans la rue, mais cette nourriture-là n’est pas sûre.  Nous avons mangé à La Lingère. J’ai acheté une chemise avec le drapeau de Sénégal. Il a voulu 12 000 CFA, j’ai payé 3 000 CFA. J’ai acheté le statut d’un couple amoureux que j’ai vu hier soir. Il a voulu 18 000 CFA, j’ai payé 10 000 CFA (et apparemment il y avait une belge qui a voulu aussi acheter le statut, et le commerçant a payé 10 000 CFA pour la statute…). C’était un succès, je pense. Nous sommes allés à la plage de la deuxième île. J’ai mangé du fromage et des pommes pour diner, un cadeau, même si le plat principal n’était pas bon.

Jour 42 – Nous avons fait la préparation pour les cours pour les femmes ce matin. Nous avons mangé au resto pour la dernière journée de Nora. J’ai fait le cours cette après-midi, elles avaient une heure de retard. J’ai visité le marché avec Nora, Salome et Alicia pour acheter du bissap et du thé. Nous avons presque pris une calèche, mais ça ne peut pas traverser le pont. J’ai acheté un cadeau pour mon père (3 150 CFA au lieu de 10 000 CFA), beau-frère (1 000 CFA au lieu de 4 000 CFA) et deux plus tapis pour le mur (13 000 CFA au lieu de 16 000 CFA). Nous avons pris de la crème glacée et avons joué Ghost.

Jour 43 – Cheikh était malade aujourd’hui alors nous avons travaillé tout seul au bureau. Nous avons fait les plans de business pour Adama et Fatou, qui étaient difficile parce que nous ne pouvions pas bien calculer les couts. Pour la couture, chaque produit a une taille différente et utilise un montant de tissu diffèrent. Nous avons dit au revoir à Nora qui est parti à 12h 30. Quand les filles pleuraient, il y avait une femme qui a essayé de vendre quelque chose aux les deux, ça c’était un mauvais moment. J’ai pris une petite sieste et ensuite j’ai tapé mon blogue. Je suis allé avec Rachel en ville pour trouver ses derniers souvenirs. J’ai acheté un cadeau pour Kayla facilement. J’ai dit le prix de 3 500 CFA (pour quelque chose je pense c’est normalement 5 000 CFA ou plus) et il m’a dit oui tout de suite. Rachel, Alicia, Salome, Dylan et moi sommes allés à Body Attack, mais malheureusement ça ne se passe pas le mardi. Nous avons fait nous-même notre Body Attack dans une petite gymnase. J’ai mangé le souper à 23h 15.

Jour 44 – Ce matin, nous avons visité 3 daaras avec la femme de Maison de la Gare et un autre homme qui gère un ONG ici. Nous avons fini les présentations pour Moctar qui se passeront demain. Nous avons cherché un frigo pour une bénéficiaire. J’ai mangé le déjeuner à 16h. Nous avons mangé le maffé ce soir chez Amina et avons pris beaucoup de photo pour la dernière nuit de Rachel. Je me suis couché à minuit.

Jour 45 – Nous avons fait les cours avec les talibés ce matin et Cheikh a finalement enseigné un cours en wolof. Nous avons fait 3 présentations à Moctar (Diary Seye, Maimouna Seck et Selly Ba), il a dit oui pour les 3. J’ai dit au revoir à Rachel, mon boss. Il était triste, mais elle va toujours lire mon blogue d’Écosse (bonjour Rachel). 4 femmes ont pris l’examen final aujourd’hui, je pense que 2 femmes ont réussi. On verra demain. Nous sommes allés à Belle Etoile pour la dernière nuit (je le tape beaucoup récemment) de Salome. Nous avons joué Ghost et il était triste de dire au revoir.

 

Day 38 – Jonas, Cheikh and I went to Moctar’s office. Moctar yelled at me because I did not say hello. I was just about to say it but apparently I did not say it fast enough. We discussed the financing from the European Union. Cheikh and I visited another group of women who are going to start our program in July, inch’Allah. We ate at Nice Burger and I was disappointed again. I think my stomach has shrunk as well because right now I am still full… 4 hours later. It was not the best night.

Day 39 – I taught a course for the talibés. We gave the completion certificates to the beneficiaries who already finished their loans. We tried to buy a ticket to Dakar for Cheikh. They started selling the tickets at noon, we arrived at 12:11, and it was sold out. Cheikh thinks that they were lying because he came another time at 1:00 and still got a ticket. What’s more, there are 94 seats between the two buses. It is impossible to sell out here in 11 minutes, if only for the logistical problem of getting peoples’ money. Emily started packing. We ate at La Kora.

Day 40 – Emily left around 1:00pm. It is sad because now, for the first time since I came, I am all alone in the house (without other volunteers). We went to Keur Dada and because nobody had made plans, everyone arrived one at a time. I accidently said “mouchey” which is a different word in German. Nora and Salome teased me for it. We walked back and took a lot of photos of Saint Louis for the people who are leaving this week. I bought many souvenirs. I called my family who were at my grand parents’ house. Yacine told me this load of laundry was going to cost 4,500 CFA, 2,000 CFA more than normal. I thought it was because of the pants but when madame Faye heard about it she was angry and I had to only pay 2,500 CFA. We went to the Source at midnight and played Ring of Fire.

Day 41 – Because of the late night, I woke up at noon. Why is it so hard to find food here? I cannot eat at my house (like right now because of the women’s association). I had to eat cookies because it is the only thing I can buy at the shops. There are restaurants downtown but they are expensive. There are also street stands but that food is not safe. We ate at la linguère. I bought a shirt with the flag of Senegal on it. The guy wanted 12,000 CFA but I only paid 3,000 CFA. I also bought a statue of a couple in love that I saw last night. He wanted 18,000 CFA but I only paid 10,000 CFA (and apparently, someone else wanted to buy it in addition to the seller claiming he bought the figure at 10,000 CFA). It was a success, I think. We went to the beach on the second island. I ate real cheese and apples for supper, a treat, even if the main dish was not that good.

Day 42 – We prepared the courses for the women in the morning. We ate out at a restaurant for Nora’s last day. I did the course in the afternoon, the women were one hour late. I went to the market with Nora, Salome and Alicia to buy some bissap and tea. We almost took a horse-cart downtown but it could not cross the bridge. I bought a gift for my father (3,150 CFA down from 10,000 CFA), my brother-in-law (1,000 CFA down from 4,000 CFA) and two tapestries (13,000 CFA down from 16,000 CFA). We got some ice cream and played Ghost.

Day 43 – Cheikh was sick today so we worked all alone in the office. We did the business plans for Adama and Fatou, which was difficult because we could not calculate the costs for either plan. For a tailor, each product has a different size and uses a different amount of material. We said goodbye to Nora who left at 12:30. When the girls were crying there was a woman who was trying to sell them something. Very bad timing. I took a nap and then typed my blog. I went to town with Rachel to find her final souvenirs. I easily bought a gift for Kayla; I asked for a price of 3,500 CFA (for something that is normally 5,000 CFA or more) and he said yes right away. Rachel, Alicia, Salome, Dylan and I went to Body Attack, but unfortunately they do not do it on Tuesdays. So, we did our own Body Attack in the small gymnasium. I ate supper at 11:15pm.

Day 44 – This morning we visited 3 daaras with the women from Maison de la Gare and another man who runs a NGO. We finished the presentations for Moctar which will happen tomorrow. We tried to find a fridge for a beneficiary. I ate lunch at 4:00pm. We ate maffé and took a lot of photos at Amina’s house for the Rachel’s last night. I went to bed at midnight.

Day 45 – We did the courses with the talibés in the morning and Cheikh finally taught a course in Wolof. We gave 3 presentations to Moctar (Diary Seye, Maimouna Seck and Selly Ba) and he said yes to all 3. I said goodbye to Rachel, my boss. It was sad, but she is going to continue reading my blog in Scotland (hello Rachel). Four women took the final exam and I think that 2 passed. We will see tomorrow. We went to Belle Etoile for the last night (I have been typing that a lot lately) of Salome. We played Ghost and it was sad to say goodbye.

La Nouvelle/An Update

Je pense que ça sera un post général. Je suis ici depuis 40 jours et j’ai déjà fait plus de certaines activités que dans ma vie. J’avais mangé plus de poissons que dans la vie. J’étais malade plus que les dernières 3 années. J’ai parlé plus de français probablement ici que dans le 7 ans depuis j’ai commencé à apprendre la langue. Il est toujours bizarre de dire que je suis en Afrique, 5000 miles de chez moi. Comme dans mon université, la technologie me semble de diminuer la distance entre les gens. J’appelle mes parents et mes sœurs chaque semaine et c’est presque comme si l’océan n’existe plus. Mais quand je ne vois pas les supermarchés ou les restos bien connus comme McDonalds ou Subway, je sais que je ne suis pas chez moi.

La chose la plus difficile pour moi est la nourriture ici. En général elle est bonne mais elle est toujours épicée et l’estomac ne peut pas prendre beaucoup. Si je mange en dehors de la maison, je pose toujours la question « ça vient d’où ? » Mais même dans la maison je dois faire attention à la nourriture, j’ai entendu que la salade ici est lavée avec l’eau du robinet. Ça ne marche pas bien pour les gens qui ne sont pas sénégalais (ça m’a déjà rendu malade). Je voudrais un repas normal sans poser une question ou au minimum un repas qui me rende plein. J’ai déjà maigri beaucoup et pendant le ramadan il est plus difficile de trouver des snacks. Je n’espère ne pas manger trop quand je retournerai aux Etats-Unis.

Sans compter la nourriture, tout se passe bien au travail, il reste est toujours intéressant. Nous avons commencé un nouveau groupe de bénéficiaires potentiels il y a 2 semaines, et je les verrai finir un cycle complet. Le cours avec les talibés est difficile pour moi. Comment est-ce que je peux expliquer addition, soustraction, multiplication et division ? Je ne peux pas les expliquer en anglais, encore moins français. Quand on apprend quelque chose dans l’école primaire, ça devient une seconde nature. Mais si on ne l’apprend pas, il reste toujours difficile et il y a quelques personnes qui ne peuvent pas comprendre ça. Mais nous avons décidé qu’il est impraticable d’essayer d’enseigner comment faire tout à la main, il faut savoir seulement comment utiliser la calculatrice. Il est plus pratique pour le business.

A la fin de juin, tout va changer avec les volontaires. A partir du 29 juin, tous les volontaires qui sont arrivé avant moi seront parti, et je serai le volontaire le plus expérimenté. Ça sera bizarre. Jusqu’à présent, au maximum il y avait 13 volontaires. Pendant juillet, 26 vont venir ! J’espère qu’ils seront gentils, mais il sera difficile de programmer quelque chose avec tout le monde. Je pense que le jour de maffé (jeudi pour déjeuner) n’existera plus ou même le repas vendredi soir, parce que je ne sais pas comment on peut ramasser tout le monde dans un restos. Les petits groupes vont probablement former et peut-être il y aura un volontaire ici que je ne vais pas rencontrer. Ça me rendra triste parce que maintenant je connais bien tous les volontaires, leurs noms, leurs pays, un peu de leurs passés. Il y a des blagues entre nous et nous pouvons encore faire beaucoup de choses le weekend ensemble. Mais le temps va passer et tout doit changer quelquefois.

J’attends les grandes fêtes à la fin de ramadan. J’ai presque oublié la vie ici avant le ramadan, avec une pause déjeuner qui dure 3 heures et demi. J’ai oublié aussi comment est le wifi rapide. Quand il est difficile d’importer un fichier de 300 Ko, on sait qu’on est en Afrique. Je ne peux pas décider si je suis resté pour un jour ou longtemps. Je sais que je serai chez moi tout de suite mais en marchant à un bénéficiaire, il me semble que je vais rester ici pour toujours. Merci pour m’écouter, à la prochaine !

 

I think this will just be a general post. I have been here for 40 days and I have already done somethings more than I have in my life. I have eaten more fish here than in my life. I have been sick more than the last 3 years. I have probably spoken more French here than in the 7 years since I have started learning the language. It’s still so weird to say that I am in Africa, 5000 miles from home. As with my university, technology seems to close the distance between people. I call my parents and sisters each week and it is as if the ocean no longer exists. But when I do not see any supermarkets or well-known restaurants such as McDonald’s or Subway, I know that I am not in the USA.

The hardest thing for me here is the food. It’s not bad in general but it is very spicy and my stomach cannot take too much of it. If I eat out, I always have to ask “where does this come from?” But even in my house I must be careful because I heard the salad is washed with tap water. That is not agreeable for people who are not Senegalese (it has already made me sick). I just want a normal meal where I do not have to ask questions or at least a meal that fills me up. I have already lost a lot of weight and during Ramadan it is difficult to find snacks. I hope I do not overindulge when I return to America.

Besides the food, everything is going well at work and it is staying interesting. We started a new group of potential beneficiaries two weeks ago, and I will see them through the entire process. The course for the talibés is difficult for me. How do you explain addition, subtraction, multiplication and division? I cannot even explain it in English, let along French. When you learn something in elementary school, it simply becomes second nature. But if you do not learn it, it continues to be difficult and there are people who do not understand this. But we decided that it is impractical to try and teach people how to do everything by hand, they only need to know how use a calculator. It is easier for business.

At the end of June, everything is going to change with the volunteers. On June 29th, everyone who was here when I got here will have left, and I will be the most experienced volunteer. That will be weird. Up until now at the peak there were 13 volunteers. During July, 26 are going to come! I hope they will be nice, but it will be difficult to do anything as a group. I think maffé day will no longer exist or even the Friday night meal because I do not know how we will be 26 people in a restaurant here. Cliques will probably form and perhaps there will be a volunteer who I will not even meet. That thought makes me sad because right now I know all the volunteers well, their names, their countries, a little about their past. There are inside jokes and we can still do a lot of things together during the weekend. But time marches forward and everything must change sometime.

I am waiting for the big parties at the end of Ramadan. I almost forgot what life is like here before Ramadan, with a 3-and-a-half-hour lunch break. I also forgot what fast internet is like. When it is difficult to upload a 300 Kb file, you know that you are in Africa. I cannot decide whether or not I have been here for a day or forever. I know I will be home before I know it but sometimes while walking to a beneficiary’s house, I feel as if I will be here forever. Thanks for reading, until next time!

20170615_131136

Un batiment auxiliaire/An auxiliary building

Un batiment auxiliaire/An auxiliary building

Il a attendu 4 semaines pour ce kiosk-ci/He waited 4 weeks for this here kiosk

Il a attendu 4 semaines pour ce kiosk-ci/He waited 4 weeks for this here kiosk

Pendant le ramadan, les gens peuvent se reposer ici/During Ramadan, people are allowed to rest here

Pendant le ramadan, les gens peuvent se reposer ici/During Ramadan, people are allowed to rest here

Nous ne pouvions pas entrer cette salle parce que nous ne sommes pas musulmans/We could not enter this room because we are not Muslims

Nous ne pouvions pas entrer cette salle parce que nous ne sommes pas musulmans/We could not enter this room because we are not Muslims

J'aimais les plafonds/I liked the ceilings

J’aimais les plafonds/I liked the ceilings

Les filles/The girls

Les filles/The girls

Le Journal quotidien/The Daily Journal #6

Jour 32 – J’ai enseigné encore un cours pour les talibés. Nous avons visité le bénéficiaire qui était en train de décider s’il va arrêter le business. Il a décidé d’arrêter le business bien que nous lui donnions une autre période de grâce et l’avons trouvé un autre endroit pour le business. Ça me rend triste. Nous avons fait les rapports hebdomadaires. J’ai visité le guichet automatique pour mon voyage à Touba demain et j’ai rencontré le nouveau volontaire, Dylan. Nous sommes allés à l’hôtel Résidence et après à Délices de fleuve. J’ai discuté avec un homme qui pensait que je manquais de respect parce que quand il a dit « Ah, ah » je n’ai pas répondu.

Jour 33 – Je me suis levé à 6h 20. Nous sommes partis environ 7h 15 (seulement 15 mn en retard). La voiture a eu la climatisation ! Quel jour ! Nous sommes arrivés à la maison de la sœur de Moustafa. Nous avons discuté les histoires de Cheikh Babou (le lion, la prière sur l’eau, le feu, etc.). Il m’a dit aussi que j’étais très impoli les dernières fois j’ai visité sa maison parce que je n’ai pas bien fait les salutations (bien que la première fois j’aie porté un grand matelas sur la tête). Il comprend mais sa femme pense que j’étais mal élevé. Alicia et Emily a dû changer leurs vêtements avant d’arriver à Touba. Nous avons visité la plus grande mosquée en Afrique de l’ouest. Elle était belle. Chaque calife ajoute quelque chose à la mosquée alors elle n’est jamais fini. Nous avons visité aussi la plus grande bibliothèque au Sénégal. Je ne pouvais pas toucher quelques livres parce que je ne suis pas musulman (aussi je ne pouvais pas entrer dans quelques salles). J’ai acheté un chapeau de la ville sainte. Nous avons raté le cimetière à cause de la chaleur. Nous avons tourné en rond (je ne sais pas pourquoi) avant d’arriver encore chez la sœur de Moustafa. Nous avons mangé en écoutant des poèmes de Cheikh Babou qui étaient chanté par les enfants. Nous sommes retournés chez nous et j’ai parlé avec Alicia sur les autres langues. J’ai regardé The Philadelphia Story.

Jour 34 – Je me suis réveillé à 10h 30 et je n’ai fait presque rien. Nous sommes allés à Keur Dada mais nous manquons un jeu de cartes. J’avais mal au ventre à cause de la salade, je crois. Alicia m’a dit qu’il faut ne pas manger la salade ici parce que la laitue est lavée avec l’eau du robinet. Je n’ai pas bien dormi, je me suis levé 6 ou 7 fois pour faire mes besoins.

Jour 35 – J’étais en retard pour travail à cause de ma maladie. J’ai visité quatre bénéficiaires inclut un homme qui a changé son business sans nous prévenir. Il avait une perte pour son nouveau business de poule, mais heureusement il va recommencer tout dans 2 semaines. J’ai pris une petite sieste et ensuite j’ai enseigner un cours pour les femmes et ai fait deux questionnaires de business. J’ai regardé Hi-De-Ho.

Jour 36 – Je suis allé chez Moctar pour faire mon extension de passeport. J’ai attendu une heure avec Med et en attendant j’ai rencontré un homme français qui habite ici depuis 2008. Nous avons fait les visites aux bénéficiaires inclut Diary, Moumy, Odette et Maimouna. Jonas (un Suédois) a commencé au bureau. J’ai tapé mon blogue. Nous sommes allés à Belle Etoile pour regarder le match de foot entre France et Angleterre. Cheikh et moi avons mangé chez un bénéficiaire qui travaille dans la rue. Il travaille pendant le ramadan 19h 30 à 5h.

Jour 37 – Cheikh était fâché à cause d’un taxi qui n’aimait pas le prix que Cheikh a proposé. Ensuite, nous sommes allés à un daara à Darou. Le marabout est très savant. Il nous a discuté des politiques, de religion et des daaras. J’ai tapé mon blogue et j’ai fait les choses diverses. Je pense qu’on va visiter la langue de barbarie le week-end prochain (un parc des oiseaux).

Jour 38 – Jonas, Cheikh et moi sommes allés à Moctar. Moctar a crié sur moi parce que je ne lui ai dit bonjour. J’étais en train de faire ça mais apparemment je ne l’ai pas fait assez rapide. Nous avons discuté sur le financement de l’Union européenne. Cheikh et moi avons visité un autre groupe de femmes qui vont commencer notre programme en juillet, inch’Allah. Nous avons mangé à Nice Burger, et j’étais encore déçu. Je pense que l’estomac a maigri aussi parce que maintenant je suis plein… 4 heures plus tard. Ce n’était pas une bonne nuit.

 

Day 32 – I taught a class for the talibés. We visited a talibé who was deciding whether or not to stop his business. He decided to stop even though we were going to give him another grace period and find a new location for his business. It made me sad. We wrote up the weekly reports. I visited the ATM for the trip to Touba tomorrow and I met the new volunteer, Dylan. We went to the Hotel de la Residence and after to Delices de fleuve. I talked with a man who thought I disrespected him because I did not reply when he yelled “ah, ah”, which I did not even know was directed toward me.

Day 33 – I woke up at 6:20. We left for Touba at 7:15 (only 15 minutes later than planned). The car had air conditioning! What a day! We arrived at Moustafa’s sister’s house. We discussed the stories of Cheikh Babou (the lion, the prayer on water, the fire, etc.). Moustafa also told me I was very impolite the last two times I visited his house because I did not greet people properly (even though the first time I was carrying a huge mattress on my head). He understands the cultural differences but his wife thinks I was poorly raised. Alicia and Emily had to change clothes prior to going to Touba. We visited the largest mosque in west Africa. It was beautiful. Each caliph adds something to the mosque so it is never truly finished. We also visited the largest library in Senegal. I could not touch certain books because I am not Muslim (I could not enter certain rooms as well). I bought a hat from the holy city. We decided to skip the cemetery because of the heat. We drove in circles (I do not know why) for a while before returning to Moustafa’s sister’s house. We ate while listening to poems of Cheikh Babou that were sung by the children. We returned to Saint Louis and I talked with Alicia on other languages. I watched The Philadelphia Story.

Day 34 – I woke up at 10:30 and did almost nothing. We went to Keur Dada but unfortunately we did not have a deck of cards to play the usual games. I had an upset stomach, I think it was because of the salad. Alicia told me that you shouldn’t eat the salad here because the lettuce is often washed with tap water. I did not sleep well; I woke up 6 or 7 times to use the restroom.

Day 35 – I was late to work because of my sickness. I visited 4 beneficiaries including a man who changed his business without telling us. He suffered a financial loss due to his new chicken business but fortunately he can restart everything in 2 weeks. I took a quick nap and I taught the course for the women and did 2 business questionnaires. I watched Hi-De-Ho.

Day 36 – I went to Moctar’s office to get my passport extension. I waited one hour with Med and while waiting I met a French man who has lived here since 2008. We visited beneficiaries, including Diary, Moumy, Odette and Maimouna. Jonas (a swede) started at the office. I wrote my blog. We all went to Belle Etoile to watch the match between France and England. Cheikh and I ate at a restaurant of a potential beneficiary who makes his food in the street. His working hours during Ramadan are from 7:30pm – 5:00am.

Day 37 – Cheikh was ticked at a taxi driver because the driver cussed him out when he did not like the proposed price. Next, we visited a daara in Darou. The marabout was very knowledgeable. We discussed politics, religions and the daaras themselves. I typed my blog and did odd-and-end things. I think we will visit the Langue de Barbarie next weekend (a national bird park).

Day 38 – Jonas, Cheikh and I went to Moctar’s office. Moctar yelled at me because I did not say hello. I was just about to say it but apparently I did not say it fast enough. We discussed the financing from the European Union. Cheikh and I visited another group of women who are going to start our program in July, inch’Allah. We ate at Nice Burger and I was disappointed again. I think my stomach has shrunk as well because right now I am still full… 4 hours later. It was not the best night.

20170605_135847

Les Talibés

J’ai déjà mentionné les talibés mais il faut expliquer mieux leur situation. Les talibés sont normalement les fils des gens pauvres qui voudraient leurs fils apprennent le Coran. On peut commencer ses études à partie de 4 ans. Pour apprendre le Coran, les fils vont et habitent au daara (école coranique), et souvent les daaras sont les endroits les plus sales à Saint Louis. Quand on commence les études coraniques, on quitte les propres écoles publiques. Donc les talibés ne sont pas bien formés. Chaque daara est géré par un marabout qui enseigne le Coran. Le marabout contrôle complétement la vie des talibés et ça nous cause des problèmes. La plupart de jeunes talibés mendient pour survivre et pour apaiser le marabout. Si vous voyez un jeune garçon qui vous demande de lui donner argent, ça c’est un talibé. Il est triste, n’est-ce pas ?

Nous travaillons avec les grands talibés qui ont déjà fini leurs études. Après ils étudient pour deux heures le matin, ils n’ont rien à faire. La plupart vont au marché pour essayer de faire n’importe quoi. Nous leurs offrons l’opportunité d’améliorer leurs situations. Mais avant de participer dans notre programme, nous devons aller au daara pour parler avec le marabout. Nous lui expliquons notre système de financement (sans garantie ou intérêt). S’il ne nous aime pas ou notre programme, c’est tout. Personne dans son daara peut faire le programme. Cela s’est passé deux fois depuis je suis arrivé, et chaque fois ça me rend triste. Mais il y a beaucoup de marabout qui aiment notre bureau. Ils veulent seulement que les talibés apprennent bien le Coran mais après ça, ils veulent que les talibés travaillent.

Par exemple, nous travaillons avec un talibé qui s’appelle Abou Sow. Il n’a vraiment rien. Sa maison contient une chambre qu’il partage avec deux autres personnes. Nous n’avons pas vu même une toilette là-bas. Il est marié mais sa femme doit habiter dans un autre village. Mais il a gagné 19/20 sur son examen et il a beaucoup de motivation. Nous avons acheté une table où il peut vendre ses produits (qu’il a acheté aussi avec le prêt). Nous attendons le progrès mais nous pensons que ça va bien. Un autre talibé a épargné pour quatre ans (250 000 CFA) pour commencer son kiosk. Il veut un prêt pour agrandir son business et ses produits. Donc vous voyez qu’il y a beaucoup de talibés qui ne sont pas paresseux mais n’ont pas les moyens pour s’améliorer.

La majorité des associations caritatives existent pour aider les talibés. Projects Abroad (l’organisation avec laquelle je travaille) a aussi un centre des talibés. Il y a beaucoup de centres comme ça à Saint Louis. Ils enseignent aux talibé les choses que tout le monde apprend à l’école. Il y a aussi des toilettes et des places pour laver le linge et un petit centre de santé. Nous soutenons les daaras comme un système mais essayons de diminuer les effets du daara parce que tout le monde ici est musulman et veut que leurs enfants sachent le Coran. Peut-être un jour le système sera mieux pour les gens qui veulent apprendre le Coran.

Je n’ai pas pris beaucoup de photos au daara parce que il est très impoli et vous serez vraiment un toubab qui manque considération si vous preniez des photos. Regardez la photo du darra du dernier post.

 

I have already mentioned the talibés but I think I need to better explain their situation. The talibés are normally the sons of poor families who want their children to learn the Quran. They can start their studies as early as 4 years old. They go and live at a daara (a Qur’anic school), and normally the daaras are the dirtiest places in Saint Louis. When they start their Qur’anic studies, they leave the public schools. Therefore, the talibés are not very educated. Each daara is run by a marabout who teaches the Quran. The marabouts completely control the lives of their talibés and that causes us a lot of problems. Most of the young talibés must beg to survive and appease the marabout. If you see a small boy asking you for money, that is a talibé. It’s kind of sad, isn’t it?

We work with the older talibés who have already finished their studies. Each day after they study for about 2 hours in the morning, they have nothing else to do. Most just go to the market and hope to find some kind of work. We offer them a chance to better themselves and their situation. But before they can start our program, we have to go and speak with their marabout and explain to him our program (with no interest and no collateral). If he doesn’t like us or our program, it all ends there. Nobody in his daara can do the program. That’s happened two times since I came, and each time it just makes me sad. However, there are many marabouts who love our work. They want their talibés to learn the Quran, but after that, they want them to work.

For an example, we worked with a talibé named Abou Sow. He had absolutely nothing. His house consisted of one room that he shared with two other people. We did not even see a toilet there. He is married but his wife has to live in another town. But he scored a 19/20 on his final exam and has so much motivation. We bought him a table on which to sell his products (which he also bought with the loan). We are waiting to see his progress but we think everything is going very well. There was another talibé who saved for four years (250 000 CFA ≈ $475) to start his kiosk. He now wants a loan to expand his business and his products. There are many talibés who are not lazy but simply do not have the resources to improve their situations.

The majority of charities here exist to help the talibés. Projects Abroad (the organization with which I work) also has a talibé care center. There are many centers like that in Saint Louis. They teach the kids what everyone else learns in school. They also have toilets and places to wash clothing, in addition to a small health center. People support the daaras as a system but try to lessen the effects of the daara. This is because everyone is Muslim here and wants their kids to know the Quran. Maybe one day the system will be better for those who wish to learn about the Quran.

I have not taken many photos of the daara because it is very rude and you will simply be an inconsiderate foreigner if you take photos. Check out the photo of the daara from the last post for reference.

Maimouna Seck

Maimouna Seck

Le boss et un bébé/ The boss and a baby

Le boss et un bébé/ The boss and a baby

Une bénéficiaire a acheté des poussins avec le prêt/A beneficiary bought some chicks with the loan

Une bénéficiaire a acheté des poussins avec le prêt/A beneficiary bought some chicks with the loan

20170605_135847 20170604_113107

Un centre de talibé/A talibé center

Un centre de talibé/A talibé center

Le match est gratuit sur le toit/The match is free on the roof

Le match est gratuit sur le toit/The match is free on the roof

Le Journal quotidien/The Daily Journal #5

Jour 25 – J’ai encore essayé la boutique d’Orange pour vérifier mon numéro de téléphone. Cheikh m’a dit qu’une copie de mon passeport serais assez, mais il faut avoir l’original. Un jour je vais faire fixer mon cellulaire. Nous avons visité Bango encore et quand nous étions en retour, nous avons pris l’autobus. Nous avons mangé à la crêperie pour le dernier repas de Beckie. Nous avons encore fait un tournoi du billard à Belle Etoile, j’ai gagné un jeu mais chaque jeu était très proche.

Jour 26 – Je me suis réveillé environs 9h 30. J’ai dansé avec Emily et ensuite tout le monde est allé à Keur Dada après déjeuner. Il y avait une lutte entre Madeline (la jeune) et son ami. Je ne savais pas le problème mais je l’ai arrêté. J’ai assisté une messe pour la première fois ici (Eglise Notre Dame de Lourdes). C’est une belle église, il y avait une bonne chorale et j’adorais l’acoustique. Nous avons eu un rendez-vous avec Mohammed à la Source pour découvrir si nous pouvons enregistrer une chanson ensemble. On verra.

Jour 27 – Nous avons passé la journée à Bango, chez un ami de Lewis qui est traiteur pour l’université. Nous avons dansé et avons joué au poker. Nous avons mangé à la main. Il y avait beaucoup d’arbres de mangue là-bas et Lewis et moi avons jeté les pépins de grenade sur les autres. Quand nous étions sur le retour, nous avons pris l’autobus. J’ai appelé mes parents et grands-parents et après tout le monde a regardé les étoiles au bureau.

Jour 28 – Emily a dû dormir dans l’autre lit dans ma chambre à cause de la porte fermée à clé. Nous sommes allés à la plage pour la dernière journée de Lewis. Nous avons vu beaucoup de méduses, et nous avons essayé de les éviter dans les vagues. J’ai dormi par hasard au soleil et donc maintenant j’ai un grand coup de soleil. J’ai appelé Tasha et j’ai pris une petite sieste. J’ai regardé Bartok the Magnificent avec Emily.

Jour 29 – Nous avons appris qu’un de nos bénéficiaires doit arrêter son business à cause d’un homme (le propriétaire de l’espace qu’il utilise) qui a envie de son succès. Il n’est pas juste. Nous avons reçu des remboursements et j’ai encore visité la boutique Orange pour essayer de fixer mon téléphone. Ça marche maintenant, Alhamdulillah. J’ai tapé mon blogue et j’ai regardé le film Top Hat.

Jour 30 – Nous avons fait beaucoup de visites aujourd’hui. Nous avons visité un daara (le marabout a presque dit non) et avons ramassé des remboursements. Emily a une fièvre et a vomi. Nous avons appris que Christopher fait des articles pour un journal en ligne et ça c’est pourquoi il est toujours fatigué. J’ai appelé le guide de Touba (une ville sacrée) et on va essayer d’y aller samedi. J’ai regardé le film The Pajama Game.

Jour 31 – J’ai enseigné le cours pour un talibé aujourd’hui sur addition et soustraction. Il est vraiment difficile d’expliquer quelque chose que j’ai appris à l’école primaire. Cheikh était malade donc le deuxième talibé qui est venu ne pouvait pas parler français, il doit revenir demain. Nous avons mangé à Nice Burger, c’était mon premier hamburger en Afrique. Ce n’est pas le meilleur, mais ce n’est pas grave. J’ai préparé mon blogue et ai regardé Doll Face. Je n’ai pas bien dormi.

 

Day 25 – I once again tried going to Orange (the mobile provider) to verify my telephone number which has been suspended. Cheikh told me that a copy of my passport would work, but I needed the original. One day my phone will get fixed. We went to Bango again and when we came back, we took the bus. We ate at the creperie for Becky’s last meal. We did another pool tournament at the Belle Etoile. I won a game but every single game in the tournament was super close.

Day 26 – I woke up at 9:30. I danced with Emily and then everyone went to Keur Dada after lunch. There was a fight between Madeline (the younger) and her friend. I did not know what the problem was but I stopped the fight anyway. I went to the mass for the first time here (Eglise Notre Dame de Lourdes). It was a beautiful church, there was a good choir and I really liked the acoustics of the place. After that we had a meeting with Mohammed at the Source to figure out if we can record a song together. We will see.

Day 27 – We spent the day in Bango at the house of Lewis’ friend who is the caterer for the university. We danced and played poker. We ate all the food with our hands. There were many mango trees over there and Lewis and I threw pomegranate seeds at the others. We took the bus on the way home. I called my parents and grandparents and after everyone went star gazing at the office.

Day 28 – Emily had to sleep in the other bed in my room because the door to the living room was locked and everyone was asleep. We went to the beach for Lewis’ last day. We saw a lot of jellyfish and tried to avoid then in the waves. I accidently slept in the sun and therefore I now have a huge sunburn. I called Tasha and took a little nap. I watched Bartok the Magnificent with Emily.

Day 29 – We learned that one of our beneficiaries must stop his business because of a man (the owner of the space he uses) who is envious of his success. It’s just not fair. We received some reimbursements and I again visited the Orange store to try and fix my phone. It works now, Alhamdulillah. I typed my blog and watch the film Top Hat.

Day 30 – We did so many visits today. We visited a daara (the marabout just about told us no) and collected payments. Emily had a fever and vomited. We learned that Christopher makes articles for an online news source and that is why he is always tired. I called the guide for Touba (a holy city) and am going to try and go there Saturday. I watched the movie The Pajama Game.

Day 31 – I taught a course for a talibé today on addition and subtraction. It is really hard to explain something you learned back in elementary school. Cheikh was sick and so the second talibé who showed up could not speak French, we told him he needed to come back tomorrow. We ate at Nice Burger, and that was my first burger in Africa. It was not the best, but that’s okay. I prepared my blog and watched Doll Face. I did not sleep well.

Le Ramadan

Ça sera un post plus officieux que les autres parce que je dois attendre les autres bonnes idées. Pendant le ramadan (26 mai à 24 juin), tout change ici. Il y a des nouvelles règles pour les interactions (je ne peux pas toucher une femme ou lui jeter un coup d’œil pour plus que 3 seconds).  Bien sûr on ne peut pas manger ou boire de 6h à 19h 35 aussi. Il faut prier toujours (pour les musulmans) et tout le monde reste toujours un peu fâché. Il y a des exceptions des règles pour les enfants, les femmes enceintes, les malades et les voyageurs, chacun selon la situation. Mais il faut toujours jeuner pour le même nombre de jours, même si ramadan a fini. Nous avons déjà commencé à préparer la nourriture pour la grande fête qui viens après le ramadan. Je le trouve un peu en avance mais ma mère d’accueil le fait chaque année, alors je ne pose pas de questions. À cause de ramadan aussi chaque commerçant a changé ses produits. Il y a quelques choses qu’on n’achète que pendant le ramadan ou pour les fêtes avant/après le ramadan. Par exemple, il faut que chaque mari fasse tuer un mouton pour chaque femme. Pour ça, Saint Louis a besoin de beaucoup de moutons. Chaque nuit pendant le ramadan, tout le monde mange des dattes. Donc vous voyez comme les business s’adapte pour vendre les nouvelles choses quotidiennes.

Jusqu’à présent, il est difficile de parler de la société musulmane ici. Il est vrai que tout le monde est hospitalier et la plupart de gens essaie de suivre les règles du Coran. Mais je remarque que ça n’est pas assez d’améliorer la vie des gens. Tout le monde accepte la corruption ici comme un fait. Les Talibés qui assistent le Daara (pour les études coranique) ces sont ceux sans travail et qui ont beaucoup de problèmes pendant la vie. Jusqu’à présent je n’ai pas encore entendu d’une mosquée qui programme des évènements pour aider les pauvres gens ou pour former bien le peuple de Saint Louis. La majorité des associations caritatives sont catholique et tout le monde dit que les écoles catholiques ici sont dix fois plus meilleures que les écoles publiques. Ça c’est où je vois l’Eglise ici, mais ça me rend triste parce que sans les associations caritatives chrétiennes, j’aurais peur pour la société. Mais l’Islam ici n’est pas comme les sociétés dans le Moyen-Orient, avec la charia. Toujours je n’ai pas peur que les terroristes aillent me tuer, et la plupart de gens sont d’accord avec les chrétiens. Mais je commence à voir comment la doctrine chrétienne a guidé l’Occident vers une meilleure piste.

Je vais jeuner pour deux ou trois jours pour soutenir ma famille d’accueil. Quelques autres volontaires vont le faire aussi. Il est difficile pour moi parce que toujours il est impoli de boire devant les autres musulmans, mais quelquefois j’oublie et je tiens ma bouteille comme un toubab qui manque de considération. Un bénéficiaire était très confondu pourquoi les volontaires ne jeunaient pas. Ça c’est le même bénéficiaire qui a voulu acheter un mouton avec le prêt que nous lui avons donné pour la fête de ramadan (un exemple de la pauvreté sociétale). Nous lui avons dit non, bien sûr, mais comme la plupart de choses musulman, Allah n’exige que les moyens qu’on peut se payer.

Whew, pardon pour écrivant beaucoup de choses. J’espère que vous allez bien, à bientôt !

 

This will be a less formal post than the others because I must wait for other good ideas to come to me. During Ramadan (May 26 – June 24), everything changes around here. There are new rules for interactions (I cannot touch a woman or look at her directly for more than three seconds). Of course, one cannot eat or drink from 6:00 am until 7:35 pm (the exact time changes each day). One must pray every day (for the Muslims) and everyone is a little bit hangry. There are exceptions to the rules for kids, pregnant women, the sick and travelers, each per their situation. However, you still have to fast the same number of days, even if Ramadan is over. We have already started to prepare food for the big party that is coming after Ramadan. I find this a bit in advance but my host mother does this every year, so I do not ask questions. Because of Ramadan each merchant changes his products. There are some things that you only buy during Ramadan or for the celebrations before/after Ramadan. For example, each husband must have a sheep killed for each wife. For this, Saint Louis needs a lot of sheep. Every night during Ramadan everyone eats dates. You can see how the businesses adapt themselves to sell the new daily staples.

Up until now, it is difficult to speak of the Islamic society here. It is true that everyone here is hospitable and most people try to obey the rules in the Quran. But I notice that this is not enough to improve life around here. Everyone accepts the corruption around them as a fact. The Talibés who are at the Daara (to study the Quran) are the people without work and who have a lot of problems during their life. Up until now I have not heard of a mosque that puts on programs for the poor or training programs to help the people in Saint Louis. The majority of charities are catholic and everyone here acknowledges that catholic schools are ten times better than public schools. This is where I see the Church at work, but it makes me sad because without the Christian charities I would be afraid for the society here. But Islam here is not the same as the Middle-East, with Sharia law. I am not afraid every day of terrorists, and most people are cool with Christians. But I am beginning to see how Christian doctrine led the West toward a better path.

I am going to fast for two or three days to support my host family. Several other volunteers are going to do the same. It is hard because it is impolite to drink in front of other Muslims, but sometimes I forget and hold my water bottle like an inconsiderate white person.  One beneficiary could not understand why the volunteers were not fasting. This is the same volunteer who wanted to buy a sheep with the loan money for the celebration of Ramadan (this would be an example of a type of social poverty). We told him no, of course, because as with most Islamic things, Allah does not demand resources that one does not have.

Sorry for writing a lot. I hope that you are doing well, later!

Quelquefois on essaie d’être artistiques /Sometimes we try to be artsy

Quelquefois on essaie d’être artistiques /Sometimes we try to be artsy

Emily en donnant un prêt/ Emily giving a loan

Emily en donnant un prêt/ Emily giving a loan

On a acheté cet table pour un bénéficiaire/We bought that table for a beneficiary

On a acheté cet table pour un bénéficiaire/We bought that table for a beneficiary

Mon ami Rumpelstiltskin/My friend Rumpelstiltskin

Mon ami Rumpelstiltskin/My friend Rumpelstiltskin

Quel gaspillage. Si vous ne pouvez pas vendre toutes les poissons, vous les jetez dans le fleuve/What a waste. If you don't sell all of your fish, you throw them into the river.

Quel gaspillage. Si vous ne pouvez pas vendre toutes les poissons, vous les jetez dans le fleuve/What a waste. If you don’t sell all of your fish, you throw them into the river.

Le Daara (Ecole coranique)/The Daara (Quranic School)

Le Daara (Ecole coranique)/The Daara (Quranic School)

20170527_170332

Le Journal quotidien/The Daily Journal #4

Jour 18 – J’ai fait trois entrevues pour les femmes qui veulent un prêt. Je suis allé à Bango avec Cheikh (chez Corine, bien sûr). Aujourd’hui, la blague était le Facebook de Sean. Tout le monde l’a regardé. Nous avons mangé à la Source. Beaucoup de discussions là-bas m’intéressaient. Toujours il est difficile pour moi d’expliquer d’où je viens. Il faut regarder une carte d’Etats-Unis. Nora nous a expliqué la situation avec le cafard dans sa toilette (il la regarde toujours). J’ai appris qu’Alicia et Pablo sont chrétiens et que Nora et Alicia dansent. Tout le monde aussi a jeté un œil de poisson autour de la table.

Jour 19 – Le Désert de Lompoul. Nous avons eu notre rendez-vous à 8h 30 pour acheter des bananes et du chocolat. Babacar nous attendions avec une grande camionnette (assez pour 15 personnes). Nous avons fait beaucoup d’arrêts et chaque fois tout le monde a dit « Qu’est-ce qui se passe ? » Nous avons fait un piquenique sur la plage, avec sandwichs de Nice Burger, beignets et mangues. Lewis, Emily et moi avons lutté les vagues. Nous sommes montés une autre voiture sans plafond et avons chanté à travers les collines. Nous sommes arrivés au désert environs 4h. Babacar nous a expliqué le proverbe sénégalais : une gazelle (femme), un problème, deux gazelles, deux problèmes, trois gazelles, trois problèmes, quatre gazelles, catastrophe. Il nous a expliqué avec ça la situation familiale ici et pourquoi il est normal d’avoir plusieurs femmes. Ensuite nous sommes montés les chameaux (Rumpelstiltskin, Elvis et un autre). Nous avons exploré le désert et avons roulé dans le sable (vraiment, ce n’était pas la meilleure idée). Nous avons regardé un grand feu africain et avons cuisiné des bananes au chocolat (elles étaient délicieuses).

Jour 20 – Quelques personnes se sont réveillés pour voir le lever du soleil. Après, nous avons mangé le petit-déjeuner et sommes sortis. J’ai dit au revoir à Laura (ça me rendait triste). J’ai fait une sieste. J’ai une discussion longue avec Emily sur les Mormons, mariage, la vie, etc.

Jour 21 – Toujours Rachel est fâchée parce qu’elle ne voie pas son nom sur mon blogue, alors, c’est ici. Nous avons passé prendre la table d’Abou (finalement) et il a commencé son business ! Christopher est venu ici, il me semble jeune (mais il n’a que 16 ans). J’ai enseigné la première leçon pour les femmes (prix d’achat, frais, prix de revient). Apparemment (selon Rachel) je suis « l’Américaine marrant ». Nous sommes allés à Keur Dada encore et j’ai bien joué Sand’s game.

Jour 22 – Nous avons fait une visite de marché pour Christopher et pour rechercher des friperies pour Idrissa Mballo. Aujourd’hui j’ai fait le ramadan (mais j’ai bu encore) pour « soutenir » ma famille d’accueil. Il n’était pas difficile parce que j’ai déjà jeuné pour les fêtes chrétiennes. J’ai joué au tennis avec les autres volontaires. Il y a deux repas le soir pendant ramadan, un repas commence à 19h 30 (des dattes, du pain, du cafe) et l’autre reste encore à 21h.

Jour 23 – Nous avons visité 7 Daaras aujourd’hui. Nous avons tellement marché pour longtemps et avons fait des recherches pour les friperies au marché. J’ai visité une femme qui ne repaie pas le prêt avec Cheikh pour faire un nouvel horaire des remboursements. J’ai vu comment est-ce qu’on fait les céréales locales (avec les grandes machines). Christopher dit qu’il a toujours besoins de travailler, pourquoi, nous ne savons pas. Emily et moi avons dansé le salsa, west coast swing et Bachata.

Jour 24 – Nous avons eu un rendez-vous avec un ONG aujourd’hui pour sensibiliser les Talibés là-bas de notre programme. Nous avons eu aussi un nouveau groupe de Mme Aw, et chaque group est un peu spécial. J’ai mangé mafé et le marabout a refusé de laisser ses talibés faire partie de notre programme. J’ai assisté un match du foot (les équipes universitaires) et Saint Louis a gagné.

 

Day 18 – I did three interviews for women who want a loan. I went to Bango with Cheikh (and we had to stop by Corine’s house, of course). Today the big joke was Sean’s Facebook page, everyone looked at it (it was the pictures from my shows that made everyone laugh). We all ate at the Source, a lot of discussions there were quite interesting. I always need a map when explaining to Europeans where I live. Nora explained to us the situation she has with the cockroach in the toilet (it is always watching her). I learned Alicia and Pablo were Christians and that Nora and Alicia did dance. Everyone also threw a fish eye around the table.

Day 19 – The Lompoul Desert. We all met at 8:30 to buy some bananas and chocolate. Babacar was waiting for us with a big van (15-person van). We made some many stops and at every one, we all said “what’s happening?” We had a picnic at the beach with sandwiches from Nice Burger, some mangos and beignets. Lewis, Emily and I battled the waves. We got in the back of the truck to go the rest of the way and sang through the hills. We arrived at the desert around 4:00. Babacar explained to us the Senegalese proverb: one gazelle (wife), one problem, two gazelles, two problems, three gazelles, three problems, four gazelles, that’s a catastrophe. He used that to explain the family situation here and why it is normal to have several wives. Next we rode camels (Rumpelstiltskin, Elvis and another). We explored the desert and rolled in the sand (literally, it was not the greatest idea). We watched an African bonfire and cooked the chocolate bananas (they were delicious).

Day 20 – Some people got up to watch the sunrise. We ate breakfast and then left. I said goodbye to Laura (that made me sad). I took a nap. I had a long discussion with Emily about Mormons, marriage, life, etc.

Day 21 – Everyday Rachel is mad because she does not see her name in my blog, so, here it is. We received Abou’s table (finally) and he started his business! Christopher came today, he seems a little young to me. I taught the first lesson for a new group of women (buying price, fees, total cost). Apparently, according to Rachel, I am the “funny American”. We went to Keur Dada and I did very well playing the san’s game.

Day 22 – We made a market visit for Christopher and do research on the second hand clothes market for Idrissa Mballo. Today I did Ramadan (but I still drank) to “support” my host family. It was not difficult because I have already fasted for some Christian holidays. I played tennis with the other volunteers. There are two meals in the evening during Ramadan, one starts at 7:30 pm (dates, bread, coffee) and the other is still at 9:00.

Day 23 – We visited 7 Daaras today. We walked for a heck of a long time and also did some more secondhand clothing research. I visited a lady who is not repaying her loan with Cheikh to make a new repayment schedule. I got to see how people make the local grains (with the large grinding machines). Christopher always says he needs to work, why, we don’t have a clue. Emily and I danced some salsa, west coast swing and bachata.

Day 24 – We had a meeting with a NGO today to inform the Tabliés there about our program. We also had a new group with Madame Aw, and each group she brings is a bit special in its own way. I ate mafé and the marabout at the daara refused to let his Talibés do our program. I went to a soccer match with Cheikh (the university teams) and Saint Louis won.

Microfinance

Je vais essayer d’expliquer le système de microfinance ici. Il faut remarquer que chaque système de microfinance soit distinct. Mais je pense qu’ici il y a un bon système.

Les gens viennent s’ils veulent un prêt. Parce qu’il y a trop de personnes, nous cherchons les gens avec les meilleures idées pour un business. Nous donnons à ces gens le premier questionnaire pour savoir leurs informations de base, comme leurs noms, numéros de téléphone, adresses, dates de naissance, etc. Ensuite il faut assister cinq leçons de business et passer un examen de l’information (qui contient aussi des maths). En attendant l’examen, nous commençons à travailler sur les plans de business officiels et les présentations pour Moctar. Nous recherchons le marché pour découvrir si le plan de business fonctionnera bien, les vrais prix, la disponibilité des produits, etc. Après avoir fait le plan de business, nous allons chez Moctar pour présenter le plan de business (ça n’est pas la présentation officielle, c’est seulement pour le plan de business). S’il approuve le plan, nous retournons au bureau de microfinance et attendons l’examen. La présentation officielle contient le plan de business, le numéro des remboursements, la durée du prêt mais aussi les choses qualitatives comme si la personne a une maison, des dépendants ou assez de motivation. S’il approuve la présentation, nous allons donner un prêt à la personne si elle a déjà réussi à l’examen.

Le procès prend un ou deux mois, et les bénéficiaires reçoit le prêt environ une semaine après la présentation. Pour les femmes, elles prennent l’argent et commence à repayer le prêt un mois après elles l’ont reçu. Parce qu’il y avait des problèmes avec les prêts pour les Talibés, nous devons voir les achats pour assurer que l’argent a été bien dépense. Nous donnons les prêts de 50 000 CFA ($100) à 150 000 CFA ($300) pour une durée au maximum de 15 mois. Les remboursements viennent une fois par mois. Nous collectons les remboursements du premier jour au quatorzième jour de chaque mois. Nous faisons beaucoup de questionnaires ici. Nous donnons un questionnaire dans le période de grâce (le mois avant de repayer), après 6 mois et encore après ils ont fini les remboursements. Après avoir fini les remboursements, les gens reçoivent un certificat qui dit qu’ils ont bien payé le prêt (pour du crédit dans l’avenir).

Les volontaires ici peuvent faire tout, et j’ai signé pour donner le prêt. Je suis comme une grande personne (pour utiliser la phrase du petit prince). Le travail est vraiment comme un stage et je suis heureux d’être ici. Un jour, quand je me sentirai mieux, je vais vous parler plus.

 

I am going to try to explain the system for microfinance here. Please remember that each system is different, but I think there is a good system here.

People come to us if they want a loan, and because there is are too many people, we look for the ones who have the best ideas for a business. We give these people the first questionnaire to learn their basic information, like their names, phone numbers, addresses, dates of birth, etc. Next they must attend 5 business classes and pass an exam which covers the information (that also contains basic math skills). While waiting for the exam, we begin to work on their official business plans and the presentations to Moctar. We research the market to see if their business plan is sound, what the actual prices are, the availability of products, etc. After having made the business plan, we go to Moctar’s office to present the business plan (this is not the official presentation, only the business plan). If he approves the plan, we go back to our office to wait for people to pass the exam. The official presentation contains the business plan, the number of repayments, the length of loan but also qualitative information such as if the person has a house, if people are dependent on him or if they have enough motivation to have a business. If Moctar approves the presentation, we give a loan to the person if he has already passed the test.

The process takes one or two months, and the beneficiaries receive the loans around one week after the presentation. For the women, they can just take the money and start to repay one month after they receive the loan. Since there were some problems with the Talibés in the past, we have to see their purchases to make sure the money was well spent. We give loans from 50 000 CFA ($100) to 150 000 ($300) for a maximum duration of 15 months. The repayments come once a month. We collect the repayments from the 1st to the 14th of the month. We do a lot of questionnaires here. We give one in the grace period (the month before repayments begin), one after six months and one more after they have finished all the repayments. After having finished the repayments, the people receive a certificate saying that they paid back the loan (to hopefully help them get more credit in the future).

The volunteers here can do just about anything, and I signed to give the loan. I feel like a big person now (to use the term from the Petit Prince). The work is very much like an internship and I am happy to be here. One day, when I am feeling better, I will write again.

Jake and I

Jake and I

C'est de la poisson/That's fish

C’est de la poisson/That’s fish

Une manifestation pour les certificats de naissance/The Rally to encourage people to register their kids with the state

Une manifestation pour les certificats de naissance/The Rally to encourage people to register their kids with the state

Qu'est-ce qui se passe?/What's happening?

Qu’est-ce qui se passe?/What’s happening?

20170520_134459

J'ai entendu la plage?/Did someone say the beach?

J’ai entendu la plage?/Did someone say the beach?

Le Journal quotidien/The Daily Journal #3

Jour 12 – J’ai tapé mon blogue ce matin mais c’était tout. Nous avons appris comment cuisiner le plat national du Sénégal chez Michell. J’ai mis des épices dans la tête des poissons et tout le monde a fait quelque chose. Nous avons attendu longtemps avant nous avons mangé. J’ai appelé mon père.

Jour 13 – Nous sommes allés de Océan savane aujourd’hui. Nous étions frustrés parce que les taxis ont arrêté et nous ont demandé plus d’argent. Mon taxi était tellement délabré et je pensais « Je vais mourir, il va me tuer ». Il faisait beau. L’hôtel était fantastique avec le déjeuner était un buffet. Nous avons nagé et il y avait beaucoup de crabes. Nous avons joué au poker avec des coquillages. Nous avons attendu le taxi pour trente minutes et avons mangé à la Kora pour le dernier repas de Jake.

Jour 14 – J’ai dit au revoir à Jake et nous avons appris la signification que si on se serre un coup de main à gauche. Ça veut dire « Mon ami, j’espère te voir encore, inch’Allah ». J’ai « Invigilated » les examens pour les femmes aujourd’hui (ha ! les mots des anglais). Je dois aussi apprendre beaucoup d’échelle. L’échelle anglaise est not nice, kinda nice, nice, quite nice, very nice, etc. L’echelle de Laura est super, tellement super, vraiment super, super cool, mega cool, super mega cool. Tous ont les significations différentes et situationnelles. J’ai une bonne discussion avec Laura de Dr. Seuss, les femmes de foyer, les écoles maternelles, etc.

Jour 15 – Les autres me taquinent beaucoup parce que apparemment les Américains disent différemment coffee (et ici l’anglais propre est d’Angleterre). Les Anglais aussi disent « full stop » pour le mot « period ». J’ai acheté des tongs au marché. J’ai fait ma première évaluation avec Projects Abroad. J’ai dit aux les femmes du Takou Liguey qu’elles ont raté l’examen, donc nous ne pouvons pas leurs donner un prêt. C’était un peu difficile. Elles veulent essayer de faire les leçons en Wolof. J’ai eu une discussion dramatique avec Laura et Emily, et j’ai frappé Douada avec une bouteille d’eau vide pour le rendre fatigué (c’est toujours le but). Je pense que je vais dire le mot Alhamdulillah trop, il est amusant de dire (ça veut dire grâce à Dieu).

Jour 16 – J’ai donné mon premier prêt à une bénéficiaire (Mme Daff) aujourd’hui. Nous avons fait des recherches dans le business de poule (deux magasins étaient fermés) pour le seul membre du Takou Liguey qui a reussi à l’examen. J’ai eu une petite fièvre et j’ai dormi à travers ma pause déjeuner. L’après-midi, j’ai assisté la manifestation des certificats de naissance que Louis et Ousmane aidaient une autre organisation à lancer.  Je suis malade et je vais essayer de dormir très tôt.

Jour 17 – Aujourd’hui est un jour férié pour nous (jour d’ascension). Nous sommes allés au marché pour acheter des tissus pour des chemises. Ça c’était un labyrinthe. Mais nous avons trouvé des jolis tissus, je ne sais pas encore quand nous recevrons les chemises. Je me suis senti un peu mieux pour déjeuner (mafé). Ensuite nous sommes retournés chez nous pour 10 minutes avant de partir pour l’hôtel (Keur Dada). C’était bon. J’ai bu un coca (chez moi je ne bois jamais le coca) et j’ai essayé d’enseigner a Beckie comment jouer aux échecs.  Nous avons joué Slap Jack (Snap ou Sandman pour les anglais). Laura a fait cuire des pizzas du thon, elle ne voulait pas tellement cuisiner, elle me semblait un peu frustrée.

 

Day 12 – The only thing that I did this morning was type my blog. We learned how to make the national plate of Senegal at Michell’s host family’s house. My task was stuffing fish heads with spices and everyone contributed to the meal. We had to wait a long time before we ate. I called my father.

Day 13 – We went to Ocean Savane today (a resort). We were quite frustrated when the taxi drivers stopped and held us up for more money. The 2nd taxi I took was so in tatters that I thought “I am going to die, he is going to kill me”. The weather was amazing. The resort was very great with a buffet and lounge. We went swimming and there were loads of crabs. We played poker with sea shells. We waited 30 minutes for the taxi (and accidently paid double) to come and that evening all the volunteers went out to La Kora, a pizza place for Jake’s last night.

Day 14 – I said goodbye to Jake and we learned the meaning of a handshake with the left hand. You do it with really good friends to let them know you very much hope to see them again. I invigilated the tests for the women today (sometimes the Brits use such weird words). I have to also learn many scales. The British scale is: not nice, kinda nice, nice, quite nice, very nice, etc. The scale for Laura is: super, tellement super, vraiment super, super cool, mega cool, mega super cool. Each has a different meaning that can also be situational. I had a good discussion with Laura about Dr. Seuss, housewives, daycare, etc.

Day 15 – The others tease me a lot because apparently Americans say coffee different (here the “proper” English is from England). The English also say full stop instead of period. I bought some new flip-flops at the market. I did my first evaluation with Projects Abroad. I had a dramatic discussion with Laura and Emily, and I kept tapping Douada with an empty water bottle to try and wear him out (that’s always the goal). I think that I am going to say the word Alhamdulillah too much, it’s quite fun to say (it means thanks be to God).

Day 16 – I gave my first loan to a beneficiary today (her name is Mme Daff). We did some research into the chicken raising business here (two shops were closed) for the one lady of the group who passed her exam. I had a small fever and slept through my lunch break. In the afternoon, I attended the rally to get people to register their kids with the state (birth certificates) that Lewis and Ousmane were helping put on. I was sick and tried to go to bed early.

Day 17 – It was a holiday for us today (Ascension Day). We went to the market to buy some fabric to make some t-shirts for us. That was a maze. But we found some nice fabric and I do not yet know when we are going to get the shirts. I felt a little better for lunch (mafé). We went back to our houses for 10 minutes before we went to the hotel (Keur Dada). That was nice. I drank some straight coke (I never drink regular coke at home) and I tried to teach Beckie how to play chess. We played Slap Jack (Snap or Sandman for the Brits). Laura tried to cook some tuna pizza, but she really did not want to do it, and she seemed really frustrated to me.